Suggérer plutôt que d'imposer

La Compagnie Phosphore

        Le projet

 

        La Compagnie Phosphore est une jeune compagnie de théâtre basée à Paris, réunissant de nombreux jeunes issus majoritairement des différentes écoles supérieures des arts de la scène. 
     
        La création de cette compagnie représente la nécessité de proposer une vision singulière de notre monde; la nécessité de creuser une recherche artistique; et la nécessité de réunir un groupe composé d'individus à l'éthique exemplaire.
Mais plus encore, Phosphore, c'est le désir de se concentrer sur l'essentiel, d'enlever tout le superflu en considérant que le théâtre, c'est un groupe d'humains qui raconte une histoire à un autre groupe d'humains, et rien de plus. 
        Ces histoires seront variées et n'excluront - a priori - aucune période, aucune forme d'écriture. Les seules conditions seront le désir, et la pertinence d'une oeuvre par rapport au monde contemporain. Théâtre classique, contemporain, poésie, formes musicales seront des répertoires abordés par la compagnie. Cependant, deux pôles occuperont une place majeure dans les spectacles de la compagnie :
        - Il s'agira tout d'abord des créations totales de la compagnie dont la première est L'Aile déchirée. Cette pièce n'est que le premier geste d'un mouvement plus long. D'autres pièces sont en effet en cours d'écriture, et d'autres créations sont à prévoir.
        - D'autre part, il s'agira  des pièces de Yukio Mishima, que je traduis depuis 2013 et que je continuerai de traduire afin de les créer au fur et à mesure des possibilités. La première création de ce genre est la pièce Les trois couleurs primaires

        Dans les créations que nous faisons, nous recherchons une esthétique que je qualifierais d'intelligente. Il s'agit de créer une esthétique qui sera la plus épurée possible tout en suggérant au maximum. Je suis en effet persuadé que suggérer une chose permet l'activité du spectateur et par conséquent son implication totale dans le spectacle, et bien plus que lorsque l'on montre clairement une chose. Il me semble que cette chose mystérieuse que l'on nomme art ne peut avoir lieu que lorsque le spectateur fait la moitié du chemin proposé par l'équipe artistique. En somme, l'art  n'est rien sans la participation implicite et totale du spectateur. Cette activité du spectateur est l'une des principales recherches que veut suivre La Compagnie Phosphore. De manière plus large, nous voulons nous interroger sur la nécessité du théâtre pour un spectateur contemporain et occidental.
       
        Enfin, un mot de la recherche principale dont découlent toutes les autres. Il s'agit de créer une nouvelle forme de théâtre contemporain et universel. Cette ambition folle est née de l'observation des formes de théâtre traditionnel ou rituel du monde entier (Kathakali, Nô, Clown, Baroque, Kabuki, ou plus largement par le travail de Meyerhold). En les étudiant, j'ai pu remarquer des similitudes très troublantes entre toutes ces formes de théâtre si éloignées géographiquement. J'en suis ainsi arrivé à la conclusion que ces divers théâtres étaient nés d'une même essence, d'une même inspiration universelle qui s'est ensuite extériorisée avec des particularités propres. Je souhaite retrouver une pareille essence dans un nouveau type de théâtre contemporain.

Adrien Guitton